Agence immobilière depuis 1990
en neuf et ancien, à 20 min de Paris

Les prix augmentent en région parisienne, mais diminuent dans Paris

En Île-de-France, le marché de l’immobilier explose, tandis que le cœur de la capitale est de moins en moins plébiscité. Selon les départements concernés une hausse des prix générale a touché la province, les habitants ayant eu le désir de s’éloigner du cœur de ville pour pouvoir bénéficier d’un calme mêlé à une superficie de terrain plus avantageuse. En moyenne, les propriétés ont subi une hausse des prix de 7 % à la vente.

Les maisons les moins onéreuses sont en Seine-et-Marne

Puisque la hausse n’est pas uniforme, c’est en Seine-et-Marne à l’intérieur de la Petite Couronne que les prix ont pu augmenter de 6,5 % au troisième trimestre 2021, pour un prix moyen des maisons noté à 430 000 €. 

Si l’on continue l’analyse, le Val-de-Marne et les Hauts-de-Seine possèdent des propriétés dont le taux de progression est marqué à 6,2 %, les maisons s’achètent à près de 714 000 €. Au demeurant, en Seine-saint-Denis les prix ont grimpé de 7,2 % avec des maisons avoisinant les 324 000 €.

Dans la Grande Couronne l’augmentation est plus forte ; les Yvelines affichent une hausse de 7,4 % au troisième trimestre en comparaison à 2020, pour des maisons à un coût de 428 000 € environ. La même hausse est constatée en Seine-et-Marne, or ce département est le moins cher de tous : les maisons s’y négocient à 271 000 € en moyenne, selon l’étude des notaires du Grand Paris.

Une plus forte augmentation est constatée dans l’Essonne et le Val-d’Oise pour des taux respectifs de 7,6 et 7 %. Dans ces départements, vous pouvez négocier des bien immobiliers à un prix de 320 000 € environ.

Une hausse en constante progression

Selon les analystes, la hausse devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année. Le prix moyen des maisons en Grande Couronne va dépasser 329 000 € en janvier 2022 contre un prix moyen actuel de 324 500 €. En Petite Couronne, les prix devraient grimper de 7 400 € selon les dernières projections.

Le marché de l’immobilier parisien évolue, les actualités politiques et économiques ne cessent d’apporter de nouvelles tendances. Le marché n’a pas connu de stabilité depuis un certain temps déjà, alors que les prix ne finissent pas de grimper, le volume des ventes a subi un véritable coup d’arrêt en 2020. Le marché immobilier de la capitale reprend petit à petit du poil de la bête depuis le troisième trimestre 2021. Le coût de l’immobilier n’est pas facile d’accès ces derniers mois, la hausse devrait globalement se consolider durant les mois à venir.

Les prix de l’immobilier au cœur de Paris

La capitale possède un attrait unique qui ne pourra jamais lui être retiré, même si une certaine partie de la population migre dans les contrées moins bruyantes les arrondissements connaissent un succès inégalé. Le prix moyen des transactions démontre un léger recul ; le centre (- 2,5 %), le 20ᵉ et le 11ᵉ (- 2,3 %) enregistrent quelques baisses tandis que les 14ᵉ, 15ᵉ et 18ᵉ arrondissements, inscrivent des baisses d’un peu plus de 1 %. Dans les 17ᵉ, 16ᵉ, 10ᵉ et 13ᵉ arrondissements, les prix mentionnent également une baisse, plus légère.

Au demeurant, d’autres quartiers dénotent de tout leur succès avec une faible hausse des prix. Par exemple, le 7ᵉ et 19ᵉ arrondissement enregistre une hausse des prix de l’ordre de 3,8. Dans ces arrondissements, les prix moyens varient de 14 230 euros/m² à 9 410 euros/m².

Les quartiers les plus chers ont tendance à prendre de la valeur. Les prix à Paris devraient se stabiliser en début de nouvelle année 2022 avec un plafond de 10 700 euros/m².